Jump to content

stephbhct

Members
  • Content Count

    11
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

 Content Type 

Vaccine Safety Communication eLibrary

Everything posted by stephbhct

  1. La varicelle est une maladie infantile très contagieuse, provoquée par un virusqui est également responsable du zona. On compte chaque année en France environ 700 000 cas de varicelle (pratiquement autant que de naissances). Elle est presque toujours bénigne, en particulier chez l’enfant et immunisante: 95 % des sujets ne font qu’une varicelle tout au long de la vie. Cependant, chez de nombreuses personnes, le virus reste dans l’organisme et peut se réactiver des années plus tard sous une autre présentation clinique: le zona.La varicelle n’est pas toujours une maladie bénigne et peut entraîner des complications graves voire des décès.
  2. La rougeole, les oreillons et la rubéole sont des maladies virales très contagieuses, inévitables avant l’ère de la vaccination, et contre lesquelles il n‘existe aucun traitement spécifique. Même si les symptômes sont pénibles, l’évolution est le plus souvent favorable en quelques jours , mais des complications sévères peuvent survenir et provoquer des dommages physiques ou mentaux permanents et, dans de rares cas, la mort. De ces 3 maladies c’est la rougeole qui est la plus grave.La vaccination est le seul moyen efficace de prévenir ces maladies. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a pour objectif d ’éliminer la rougeole d’Europe.
  3. Septicémies et méningites à méningocoque sont des infections rares mais graves touchant préférentiellement (75%) les sujets jeunes. Malgré l’antibiothérapie et les techniques les plus modernes de réanimation, l’évolution est fatale chez près de 10 % des sujets et des séquelles invalidantes à vie (neurologiques, amputations) concernent au moins 1 survivant sur 5. Dans de nombreux pays ayant introduit la vaccination anti-méningococcique C conjuguée dans leur calendrier vaccinal, on observe une réduction supérieure à 95% de ces infections, une couverture vaccinale élevée ayant un effet d’immunité de groupe.
  4. Le pneumocoque (bactérie strictement humaine) est à la fois un hôte normal du microbiote rhinopharyngé et la première cause d’infections bactériennes ainsi qu’une cause majeure de mortalité et morbidité dans le monde.Le risque d’infection à pneumocoque est particulièrement élevé chez les enfants dans les 3 premières années de vie, les sujets âgés de plus de 65 ans, et à tout âge chez des patients présentant des facteurs de risque.L’introduction des vaccins conjugués, a permis une diminution franche du nombre d’infections pneumococciques, réduisant significativement la mortalité et la morbidité, mais les infections ne vont pas disparaître. Ces vaccins sont aujourd’hui inclus dans les calendriers vaccinaux de plus de 180 pays dans le monde.
  5. La vaccination Hexavalente protège contre 6 maladies (Diphtérie, Tétanos, Coqueluche, Poliomyélite, Hépatite B, Haemophilus influenzae b) dont les complications peuvent être graves, voire mortelles. Ces vaccins assurent une protection efficace(environ 85% pour la coqueluche, plus de 95% pour les autres) contre des infections qui peuvent avoir des complications graves, voire mortelles et qui touchent aujourd’hui essentiellement ceux qui ne sont pas
  6. Certaines maladies sont devenues rares et ont même totalement disparu grâce aux vaccins modernes et à des couvertures vaccinales élevées. Cependant, si la couverture vaccinale devient insuffisante, ces maladies peuvent réapparaître à tout moment et mettre en danger des enfants et des adultes. La poliomyélite a aujourd’hui disparu en France, mais quelques foyers épidémiques persistent dans le monde et le virus peut encore circuler.Grâce à la vaccination, la poliomyélite pourrait être la prochaine maladie infectieuse éradiquée au niveau mondial.
  7. Certaines maladies sont devenues rares et ont même totalement disparu grâce aux vaccins modernes et à des couvertures vaccinales élevées. Cependant, si la couverture vaccinale devient insuffisante, ces maladies peuvent réapparaître à tout moment et mettre en danger des enfants et des adultes. Le tétanos est une maladie bactérienne due au bacille tétanique, présent partout, et en particulier dans la terre et dans l’intestin de certains animaux.Le tétanos provoque des crampes et des spasmes musculaires sévères et douloureux.Sa forme la plus grave menace le pronostic vital.
  8. Certaines maladies sont devenues rares et ont même totalement disparu grâce aux vaccins. Cependant, si la couverture vaccinale devient insuffisante, ces maladies peuvent réapparaître à tout moment et mettre en danger des enfants et des adultes. La diphtérie est une maladie qui n’existe que chez l’homme. Maladie extrêmement contagieuse et redoutable, elle a été responsable, tout au long de l’histoire, d’épidémies produisant des ravages.Malgré une régression spectaculaire grâce aux programmes mondiaux de vaccination, le risque infectieux persiste, comme en témoignent les épidémies constatées dans des pays d’Europe de l’Est après l’effondrement du mur de Berlin, et au Venezuela ces dernières années ainsi que des cas sporadique en Europe chez des sujets non vaccinés.
  9. De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à ne pas être suffisamment protégé contre les maladies à prévention vaccinale. Parmi ces raisons, la négligence, celle des patients/parents ou celle des médecins, est certainement la plus importante.Les infections bénignes sont encore considérées, à tort, comme un motif de report des vaccins. Parfois, d’autres causes sont au premier plan : affections intercurrentes sévères ou chroniques, traitements immunosuppresseurs, biothérapies ou immunoglobulines, accidents de la vie, changement de lieu de résidence, opposition des parents aux vaccins, précarité ... Quoiqu’il en soit, il est impératif de proposer un rattrapage vaccinal afin d’assurer une protection optimale au vu des antécédents et du nouvel environnement.Toutes les opportunités de rattrapage doivent être saisies (consultations, hospitalisations, embauche, entrée en collectivité...).
  10. La vaccination protège contre une maladie qui peut être grave. L’innocuité est un impératif majeur pour les vaccins car ils sont administrés à des personnes en bonne santé(souvent des enfants). Si aucun vaccin n’est ni complètement exempt de réactions secondaires ni totalement efficace, la vaccination fait partie des traitements présentant les meilleurs rapports bénéfices-risques. La vaccination a permis une réduction importante de nombreuses maladies, voire une disparition pour certaines, induisant, par contre coup, une focalisation de l’attention sur les manifestations cliniques rapportées après vaccination (effets indésirables). Si certaines de ces manifestations sont effectivement dues aux vaccins (réactions secondaires), d’autres ne sont que le résultat de coïncidences (événements intercurrents), du fait du nombre considérable de vaccinations réalisées (plusieurs millions d’individus chaque année). La majorité des polémiques vaccinales (sclérose en plaques, myofasciïte à macrophages, autisme...) ont reçu des réponses scientifiques sans équivoque : il n’y a aucune preuve ou suspicion de preuve démontrant que les vaccins sont impliqués dans ces maladies.
  11. Entre les pénuries à répétition, la multiplicité des présentations vaccinales et la problématique du rattrapage des vaccinations des enfants migrants, le praticien est souvent confronté à la question de l’interchangeabilité des vaccins. Si le nombre de vaccins disponibles aujourd’hui en France, issus de fabricants différents, représente un atout majeur contre le risque de ruptures d’approvisionnement pour les années à venir, il peut être aussi source de nombreuses erreurs de prescription ou de délivrance par les pharmaciens. Les différents vaccins ne sont pas des génériques et ne sont donc pas substituables.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. - Terms of Use - Privacy Policy - Guidelines